Accueil

Les nouvelles

La race

Mes chiens

Naissances

Précédentes portées

Photos / Vidéos

 

scotlandc.gif (8384 octets) LA RACE

Venu des hautes terres de l'Ouest de l'Ecosse, ce petit terrier blanc a été sélectionné par le clan Malcolm of Poltalloch à la fin du 19ème siècle. De sa rude vie dans les landes écossaises, il a hérité d'une constitution robuste et d'une santé de fer. Devenu star de pub (Renault, César ...), il s'est implanté avec succès en France grâce à son formidable caractère (certainement un des plus gentils terriers) et à sa joie de vivre. Il s'adapte à tous les environnements pouvu qu'il se sente aimé, sans oublier de l'éduquer !

Le West Highland White Terrier est un terrier écossais :  il est classé dans le 3e groupe qui regroupe tous les terriers. La traduction de son nom est explicite puisqu'il signifie : "terrier blanc des hautes terres de l'ouest".

Depuis longtemps il n'est plus sélectionné sur des critères de chasse et il s'est reconverti en chien de compagnie pour le bonheur de nombreux foyers dans le monde entier. Son caractère est un de ses atouts pour vivre en famille : dans la grande famille des terriers, c'est l'un des moins têtus, l'un des plus sociables, dénué d'agressivité.

Sa grande popularité depuis une vingtaine d'années en France montre que ses qualités sont appréciées et que, le plus souvent, après la perte de leur 1er Westie, les gens restent fidèles à la race et prennent un autre Westie.

Parmi ses qualités, il faut signaler qu'il ne perd pas ses poils et qu'il ne montre aucun signe de vieillesse sur le museau puisqu'il est déjà tout blanc ! Il garde ainsi toujours sa bonne bouille.

Sa petite taille (28 cm au garrot) permet de l'emmener partout : appartement ou maison, ville ou campagne, tout lui convient.

Il se promènera volontiers avec ses maitres.

HISTORIQUE :

Le colonel Malcolm (1837 - 1930) est considéré comme le fondateur de la race : originaire du village de Poltalloch dans le comté d'Argyll (sur la côte ouest de l'Ecosse), il consacrait son temps libre à la chasse. C'est à la suite d'un malheureux accident où il tua l'un de ses meilleurs terriers roux, l'ayant confondu avec un renard, qu'il décida de n'élever que des chiens blancs, alors que ceux-ci étaient tués à la naissance car on croyait à l'époque que c'était un signe de dégénérescence.

old1.jpg (33219 octets)                 old.jpg (36168 octets)

les chiens du colonel Malcolm

Le 1er club de race vit le jour en 1905 et selon les voeux du colonel Malcolm, les terriers blancs devaient porter le nom de leur région d'origine.

Cette région, son climat et son utilisation ont d'ailleurs forgés le physique du Westie : une bonne ossature, un poil double pour se protéger des intempéries, de couleur blanche, pour éviter l'erreur fatale du colonel Malcolm, une taille de 28 cm pour entrer dans les terriers, des cuisses musclées et une arrière-main puissante pour une bonne propulsion, des coussinets épais pour ne pas se blesser dans les éboulis de pierres des Highlands, une queue de moyenne taille pour pouvoir être extirpé du terrier si nécessaire, des yeux bien écartés pour un meilleur champ de vision, en amande pour ne pas être blessés facilement comme des yeux globuleux par exemple.

1900-1905

 

 

1917

 

Carte postale de 1917 : chiots

 

1920 - CH.Wolvey Chieftain

 

1925

 

Année 1930 (à gauche avec un scottish terrier)

 

1933 - CH.Wolvey Poacher

 

1931 - CH.Cooden Shrapnel

1936 - Mrs Pacey Wolvey

 

1945 - CH. Bann Bingo of Barvae

1939

 

 

Mâle ou femelle ?

Morphologiquement il y a peu de différence : la taille est la même quelque soit le sexe. Le mâle peut être un peu plus court  mais tout dépend des lignées.

Côté caractère, c'est une race où les différences sont quasi-inexistantes : le mâle est tout aussi affectueux que la femelle, et la femelle tout aussi joueuse que le mâle.

Le principal inconvénient d'une femelle est pendant la période où elle est en chaleur (soit 2 fois par an pendant 3 semaines) : elle perd alors du sang et elle attire les mâles ce qui complique les sorties. La stérilisation permet d'éviter ces désagréments mais peut être source d'incontinence plus ou moins importante (qui souvent s'aggrave avec l'âge).

Finalement la castration d'un mâle est une opération plus bénigne que la stérilisation d'une femelle : la castration est indiquée dans le cas où le mâle cohabite avec une femelle non stérilisée.

 

TOILETTAGE

Le Westie possède un poil dur qu'il ne perd pas mais, qui, en contrepartie, a besoin d'être arraché (par épilation) : ce n'est pas douloureux pour le chien car ce sont les poils morts qui sont enlevés.

Matériel utilisé pour l'entretien d'un Westie de compagnie :

- l'étrille pour enlever la poussière et les saletés

- le peigne pour déméler le poil

- le "coat king" pour épiler le poil

- les ciseaux pour les finitions (tête, queue, poitrail)

Plus on brosse son Westie et plus il reste blanc.

C'est dans les années 1900 en Grande-Bretagne que les Westies furent exposés pour la 1ère fois. Très vite les handlers (présentateurs professionnels) voulurent montrer leur savoir-faire en toilettant le poil du Westie : ainsi, bien que rien ne soit indiqué dans le standard de la race, la présentation en exposition demande une préparation du poil qui répond à des exigences précises et demande une certaine dextérité, le plus difficile étant la réalisation de la tête en forme de chrysanthème.

retour haut de page